Thriller

Un Appartement à Paris de Guillaume Musso

Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante. Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler, mais à la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours. L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

(amazon.fr – Un appartement à Paris)


Mon avis

Grande fan de Guillaume Musso, j’achète chaque roman à sa sortie. Cependant, depuis quelques années maintenant, je lis ses livres avec moins d’empressement. Malgré quelques histoires décevantes, la fin surprenante que Guillaume Musso donne à ses romans a toujours permis de relever le niveau et cela a suffit pour me convaincre d’acheter son dernier livre. Mais voilà, Un appartement à Paris signe pour moi la fin de Musso… Je ne me précipiterai malheureusement pas à acheter son prochain roman.

Commençons par le début. On entre très vite dans l’ambiance étouffante de Paris avec ses embouteillages, son bruit et sa pollution. Contraste impressionnant avec l’atelier de Sean Lorenz dans lequel vont habiter nos deux enquêteurs qui trouvent en cet endroit un calme apaisant et bienvenu. Il faut savoir que l’histoire est construite en parallèle avec d’un côté une narration externe du point de vue de Madeline et d’un autre côté une narration externe du point de vue de Gaspard. Mais « surprise », certains chapitres sont construits dans une narration interne, ce qui m’a déstabilisée au départ mais qui, au final, permet d’apprendre des choses essentielles sur le passé ainsi que le présent de certains personnages.

Voilà où le bât blesse : une fois les deux personnages installés dans leur petit cocon, on se retrouve dans des pages et des pages et des pages de description…. Alors oui, c’est intéressant, on en apprend plus sur Sean Lorenz, mais l’enquête n’est pas construite et est complètement décontextualisée. Il faudra attendre la moitié du roman pour avoir un minimum d’action, et encore, cela ne permet pas de rattraper les longueurs du début. Puis, très vite, on retombe dans la plateur de l’histoire. Après, le résumé du livre me semble vraiment incomplet étant donné que l’énigme sur les trois tableaux disparus de Sean Lorenz est résolue bien avant la fin du roman. Il s’agit plutôt ici d’une enquête dans une enquête, vous voyez ce que je veux dire ?

On dit qu’on garde le meilleur pour la fin, mais j’ai bien peur qu’il n’y ait rien de bon dans la fin que Guillaume Musso nous propose dans ce roman. Premièrement, j’ai trouvé cette fin beaucoup trop prévisible ! Trop d’indices, de sous-entendus, de suspense qui mènent le lecteur à la solution. Mais alors la plus grosse erreur de Musso ici a été de dévoiler une hypothèse qui, au final, est presque entièrement correcte… De ce fait, comment pourrions-nous être surpris ? Tout au long de ma lecture je me suis dit : « N’abandonne pas, les fins de Guillaume Musso sont toujours pleines de surprise, laisse-lui une chance ! » Et c’est ce que j’ai fait. J’ai laissé une chance à ce roman. Et au final ? Rien. 

J’ai vécu un vrai drame avec ce roman. Je suis passée d’une déception à une autre, du début à la fin. Je n’ai été conquise ni par l’histoire qui est plate et prévisible, ni par les personnages qui sont agaçants et impulsifs, ni par l’ambiance qui n’apporte au final rien à l’histoire, à part une légère part d’ombre. On est définitivement loin du grand Musso et je regrette ses premiers livres qui restent, malgré tout, mes romans préférés.


Ma note

6 / 10

3

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s